Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Sponsors officiels

logo2 twinner  logo meta aventure (1) Logo-Quadri Coureurs 

 

 

logo campènes

L'équipe des CTD

photo-groupe-retouchee-copie-1.jpg

- les membres

- les records

- le staff technique

Archives D'articles

Le sponsor du mois

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 21:51

 

 

Une petite pause dans les bilans annuels pour le résumé de la dernière course de l'année chez les courstoutDoubs, le dernier défi 2011 d'Eric.

Voici son résumé :

 

 

Dimanche 18 décembre, je participais à la ronde hivernale de Thaon les Vosges, sur la distance des 10 km.


Comme les 2 années précédentes, la neige est présente.
La différence, et pas des moindres, c'est qu'elle ne recouvre pas la route.
Simplement des bonnes giboulées.
Une demi heure avant le départ, c'est une bonne grosse averse de neige, qui promet une course bien pénible avec des gros flocons et un petit vent qui vous ramène tout dans les yeux.
Heureusement, cette averse s'arrête à un quart d'heure du départ. Juste quelques petits flocons au départ.
La route est restée en bon état, simplement humide. De quoi faire une bonne course.

Pour les objectifs, j'espère moins de 38'00, au vu des conditions météo, du parcours favorablement plat, et surtout de l'entrainement accumulé cette année.

Départ à 15h15. C'est parti,

 

depart-copie-1
Premier km en 3'40" plutôt en retenue, je me sens bien, je sais qu'il faut que je tourne en 3'45 environ.
km 2 puis 3, je fais le point sur le chrono, j'ai perdu en allure, à mon étonnement, sans le sentir. je suis maintenant sur les bases de 38'00. Je ne m'affole pas, je suis bien dans ce rythme, cela va, je me dis que si je continue en accélérant à peine, je peux faire mon record.

 

 

km 2


km 4,5 et 6 en 3'47, 3'51", 3'51". je perds encore du temps alors que je pensais être bien. je devrais tourner en 3'45" ou 3'48" maxi. Mais je sens que je ne peux pas accélérer au risque d'être dans le rouge, c'est trop loin de l'arrivée.
km 7 en 3'52, je faiblis encore, c'est maintenant les jambes qui vont moins bien. le moral en prend un coup ! Je ne pourrai pas rattraper le retard. C'est foutu pour le record.

 

km 4


J'essaie de pas trop puiser dans les km 8 et 9 pour pouvoir finir le dernier km à fond. km 8 et 9 en 3'54" et 3'55".
C'est le dernier km, j'accélère, enfin c'est ce que je crois ! km 10 en 3'47" et 7" pour finir. Quelle accélération ! j'espérais le faire en moins de 3'40".

 

8e km

Résultat 72e sur 374, en 38'23".

Je suis quand même content de ce temps, qui est mon 2e meilleur temps sur 10 km.
Mais aussi déçu de ne pas avoir battu 38'00. Et surtout seulement 7" de mieux que les 38'30" de mirecourt en mai alors que le parcours était beaucoup plus dur.
Bon, on va oublier 2011 et on verra en 2012.

 

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 21:11

P1010913.jpgCôté organisation, j'avais prévu un aller Dijon-Lyon, retrouver Stéphane, et faire avec lui le trajet jusqu'à Saint Etienne.

Arrivés à Saint-Etienne, objectif : trouver le départ. Fastoche du fait qu'il y a 6000 inscrits, simplement, en solo, nous suivons les nombreux coureurs présents dans le train.

 

L'organisation des flèches pour trouver les dossards n'est pas terrible, le stockage des sacs sera catastrophique : il faudra lutter pour accéder à un bus et déposer son sac, avant de se battre pour sortir du bus....pas terrible.

L'attente, devant le stade Geoffroy Guichard, de + de 42min, lamentable...


2
Minuit, enfin l'heure du départ, je prendrai comme prévu un départ rapide, afin de profiter de la route.
La sortie de la ville ne ressemble pas au parcours de l'année dernière, ils ont rajouté, semble-t-il, une côte...
Au bout de 7 km, on attaque la montée dans la gadoue, cela durera jusqu'au bout la même punition. Délicat dans les montées et surtout dans les descentes (j'ai préféré la neige de l'année dernière)... Impossible de faire de grandes enjambées tout du long du parcours....grosses frustrations...

 

gilles 2

Jusqu'au 47ème km, j'étais encore bien, en 5 h, après j'ai plutôt pédalé dans la semoule; plus de jambes, bien que cela soit la partie la + facile... C'est là que j'ai bien compris le manque, dans le dernier mois, de sorties longues... Les 22km restants furent difficiles.


Au 60ème, l'arrivée à mes côtés de Stéphane, m'a reboosté sur 1 km, pas plus.

Il finira plus frais que moi, dans un temps record, pour quelqu'un qui prévoyait de faire 9h !!! Mais bon, je devrais avoir l'habitude, il me l'avait déjà fait à l'Ultra-trail de Côte d'Or.


gilles 4

Bilan de la course : 592ème en 7h43’53’’, et surtout 9 min de moins que l'année dernière, c'est pour moi, quand même, une perf.


Bien sûr, je suis toujours plus exigeant, et j'ai toujours l'impression de pouvoir faire mieux. C'est d'ailleurs ce qui me motive pour rechausser dès mercredi les baskets. Objectif de l'année 2012 : améliorer systématiquement les temps...ce qui va me demander encore + de rigueur dans l'entraînement.

 

gilles 3

Encore bravo à Stéphane, pour sa perf, en 1ère participation. CHAPEAU.


A tous les CTD, bonnes fêtes de fin d'année... Et mes meilleurs voeux de perf pour 2012.

 


Repost 0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 20:22

P1010917.jpgC’est à 19h00, à sa sortie du TGV gare de Lyon, que je retrouve Gilles. A peine le temps d’échanger quelques mots et nous voilà repartis, direction Saint-Etienne, à bord du TER. Après avoir un peu galérés pour récupérer les dossards nous nous posons dans un resto à deux pas du parc des expos. Attablés bien au chaud,  nous choisissons le menu spécial coureurs, pâtes bolognaise et fruits.  On passe un moment agréable qui me permet de déstresser un peu, mais le mal au ventre est bien présent. Un petit passage au parc des expos pour finaliser notre matériel de course et nous voilà partis pour le départ qui se trouve à 15 min à pieds. A peine arrivée  nous voilà parqués  dans la zone de départ pour 45 min d’attente debout mais heureusement il ne pleut pas. Le départ est donné à 00h01 dans une ambiance moins festive que l’an passé.

 

C’est un nouveau départ au stade Geoffroy Guichard, du coup sur les 9 premiers kilomètres qui s’effectuent sur la route les 5 premiers sont nouveaux avec en prime une bonne petite bosse dès le 2ème kilomètre, ensuite c’est la longue montée sur sorbiers. J’effectue ces premiers km sur le bitume à la vitesse moyenne de 11km/h. Niveau sensation, ce n’est pas génial, je sens mes jambes lourdes (sans doute parti un peu trop vite sans échauffement) et surtout j’ai mal sur le haut de la cuisse droite à chaque fois que je la soulève (là je me dis que je suis parti dans une longue galère).

 

3

 

Les choses se gâtent lorsqu’on attaque les sentiers, ça grimpe, ça grimpe, ça grimpe... ça n'arrête pas! Aucun temps de repos, d'autant que les quelques descentes sont très piégeuses. Vent et pluie sont de la partie, le parcours est très glissant à cause de la boue. Je manque de tomber, je me rattrape je ne sais comment, les coureurs derrière moi me disent « beau sauvetage… ». En fait je ne suis pas trop à l’aise, la douleur à la cuisse me gêne de plus en plus, je crains la chute, j’essaie d’assurer mes appuis mais les trous, les cailloux et la boue ne facilitent pas les choses. De plus je crois que ma petite frontale était un juste en puissance. On passe ensuite au point culminant, km 20. Ensuite c’est une portion plate, ce joli passage qui avait été zappé l’an passé à cause des congères, permet de voir au loin ce long serpent de lumière, c’est vraiment très chouette.

 

Les zones de ravitaillements font du bien au moral, un peu de lumière, de chaleur, des encouragements, pour moi ce sera Coca à chaque fois

Après ça descend pas mal, mais les conditions d’adhérence n’ont pas évoluées et ma douleur et toujours présente. Impossible de prendre du plaisir à courir dans ces conditions, c'est une vraie galère, jusqu’au km 34 et son ravitaillement.

 

4

 

A la sortie du ravitaillement je décide de prendre quelques minutes pour m’étirer, et en repartant à ma grande joie je m’aperçois que la douleur à la cuisse a complétement disparue comme par magie. Je me sens mieux, mes foulées sont plus naturelles, je double une centaine de concurrents durant ce relais, je me sens bien. C’est la première fois dans la course où je me dis que je vais pouvoir aller jusqu’au bout.

 

Petit à petit la fatigue musculaire me gagne, mais  je progresse correctement, j’attends avec impatience le dernier ravitaillement au km 57.  Je sais qu’après il y a la fameuse côte des aqueducs de Beaumont de 1,5 km de long dont un passage à plus de 20%. Ce qui est particulier c’est qu’elle ne m’inquiète pas mais au contraire j’ai hâte d’y être car je sais que je vais pouvoir marcher et en profiter pour appeler Anne. Cet appel me fait beaucoup de bien. De plus en raccrochant je m’aperçois que 9 sms d’encouragements et de soutien sont arrivés. C’est vrai que j’avais coupé mon portable depuis 21h pour être sûr qu’il ne soit pas déchargé. Au bilan le moral est remonté à bloc, je me remets même à courir avant le sommet de la bosse.

 

C’est à ce moment que j’aperçois Gilles devant moi. On discute un peu puis je comprends assez vite que Gilles ne tient pas à se laisser dépasser. Il relance et se détache un peu, puis je le dépasse dans une petite montée (doubler Gilles en montée ! pas croyable ! … en fait, c’est parce qu’il marche). Je prends quelques longueurs d’avance mais il me rattrape dans la descente qui nous même le long de la Saône. Ca fait plusieurs kilomètres que je redoute ces derniers 4 km. Je me détache progressivement de Gilles, cette partie du parcours me paraît interminable, je ne me retourne plus, je n’ai qu’une hâte, être dans la dernière ligne droite que j’ai fait plusieurs fois l’an passé en attendant l’arrivée de Gilles.

 

5

Quand j’y suis c’est le soulagement, je sais que je vais terminer, en plus dans un bon temps, j’ai presque envie de lever les bras alors que je suis encore à 250m de l’arrivée. Puis c’est l’entrée dans le palais des sports à 7h35 du matin, très très heureux, même si j’ai du mal à réaliser.

 

 

Stéphane termine 507ème en 7h35'39".

 

Voici la vidéo de son arrivée (attention c'est très court !)

 

 


 

 

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 18:14

Et en attendant le récit de nos valeureux Saintélyonneurs, voici celui de la course de la Saint-Nicolas à laquelle Armelle participait dimanche dernier.

 

flyer st nicolas 2011 recto
CSC 0309Après une semaine quasiment sans entraînement (1 seule sortie : manque de motivation dû aux 1ers froids), je me lance sur la course de la Saint-Nicolas de Nancy. Je l'ai déjà faite il y a 2 ans avec Stéphane, c'est un 10 km en 2 boucles avec quelques faux plats.

 

Départ à 8h de Bourmont, avec toute la panoplie, short, collant, tee-shirts manches courtes, manches longues, gants, bonnets, tour de cou, car il fait 2°C.

Arrivés à Nancy, je me gare à 1 km de l'arrivée où je vais retirer mon dossard.
Les organisateurs annoncent 2500 coureurs, environ 500 de plus que les autres années.
Dossard en main, après avoir dit bonjour à 2 ou 3 connaissances, je repars à la voiture où Pascal m'attend.

place-stanislas-large

9h40, il fait 8°, je commence à m'échauffer tranquillement et je donne RDV à Pascal sur la ligne de départ.

10h15, un gars passe avec un haut-parleur pour appeler les coureurs au départ.
Il y a plein de monde, je vois enfin Pascal, je lui laisse mon survêt, finalement je vais courir en short mi-long, 2 tee-shirts manches courtes et sous-gants. Petite pause photo et je vais me placer à environ 6 mètres de la ligne de départ.

 
10h30, c'est parti !

Pas facile de se frayer un passage, donc une fois le tapis franchi, plusieurs coureurs empruntent les trottoirs pour doubler , je leur emboîte le pas, puis nous traversons la place Stanislas.

Au 1er km : 4'20'', c'est un peu rapide pour moi, mais comme d'hab’, j'ai en tête de battre mon record.
Km 2 : 8'30'' il va falloir ralentir un peu car je sais que je ne tiendrai pas cette allure longtemps. Puis nous continuons dans la pépinière (lieu d'entraînement du tout Nancy), là, je double pas mal de coureurs.

Km 3 : petite relance et sortie de la pépinière pour un petit tour en ville de 2km.

Km 5 : la 1ere boucle est bouclée en 21'46'', pas mal, mais j'ai comme une vague impression que la suite va être moins drôle.


armelle stnic 1.jpg
2e passage place Stanislas : " coucou Pascal ! " puis retour à la pépinière.

Km 6 : une douleur à la fesse gauche qui ne me quittera plus et premiers signes de fatigue. Je repense aux conseils d'Eric et de Stéphane : "sur un 10, il faut être à fond du début à la fin", facile à dire !!!

Km 7 : " Allez maman !! "  C'est Laure, j'esquisse un sourire, je suis morte !

Je m'accroche jusqu'au 9e km et ensuite le dernier km me paraît une éternité, je n'y crois plus, j'ai plus de jus, de plus en plus de coureurs me doublent, l'un d'eux me dit : "  Je te suis depuis le début, allez ! Suis-moi ! "

Je fais ce que je peux, mais je le perds de vue, heureusement, l'arrivée est proche, j'aperçois enfin la ligne d'arrivée, pas de sprint cette fois-ci !


 

Je franchis la ligne en 44'05'', je m'en sors bien.

Au classement,je suis 8ème V1F et 585/2276 arrivés.


Je retrouve Laure et Pascal un bon 1/4 d'heure plus tard, avec tout ce monde !

 

Concernant l'organisation, le seul hic, ce fut le couloir d'arrivée trop long et trop étroit pour arriver jusqu'au tapis, du coup les coureurs qui ont mis plus de 50' se sont retrouvés dans un bouchon avant le franchissement du tapis, ce qui leur a valu des temps bien supérieurs à leurs performances.

Sinon , il y avait du beau monde :


Le 1er est un kenyan (SEM) qui a mis 29'55''.

La 1ere est également kenyane (ESF) et a mis 35'03''.

Repost 0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 20:27

En attendant la SaintéLyon ce week end, retour sur le trail des brosses auquel participaient Armelle, Eric et Stéphane :


 

CSC 0299Stéphane, Armelle et moi sommes donc inscrits au trail des brosses qui se déroule à Chantraine en banlieue d'Epinal. Le parcours se déroule en fôret.
2 distances au programme. Le 26 km pour Stéphane et 1000 m de dénivelé positif environ. Stéphane se prépare pour la Saintélyon et vient pour se rassurer par rapport à sa préparation et son état de forme. La petite distance 13 km pour Armelle et moi avec 3 à 400 m de dénivelé positif.

Le temps est brumeux en ce dimanche matin, le soleil ne parvient pas à percer le brouillard, bien installé dans cette vallée. La température est d'environ 5°. Le parcours est assez roulant, et pas détrempé.


trail brosses 3Vous l'avez sans doute reconnu, le célèbre Jean-Paul Sp......était aussi au départ !
 

Le départ du 26 km est donné à 9h00. Celui du 13 km sera donné à 10h15, pour 10h00 prévu dans le programme initial. 2 ravitaillements pour le 26 km et 1 pour le 13.
La 2e moitié du 26 km emprunte le parcours du 13 km. Stephane a calculé que les concurrents du 13 km devraient rattraper ceux du 26 km.
 

 

Stéphane trouve une motivation particulière dans la volonté que je ne le rattrape pas avant l'arrivée ! Et cela fonctionne. Il effectue une course propre, en gagnant du temps sur ses concurrents sur les parties plates et finit 43e / 250 en 2h15 à 25 minutes du premier et assez satisfait de sa course.


trail brosses 1Mais qui est ce CTD qui s'extirpe du brouillard ? Eric bien sûr !
 

Pour moi, la motivation dans cette course consiste à faire une séance à un bon rythme. Pas assez de volonté ou de forme pour courir tout le temps dans les montées. Je me fais donc doubler copieusement dans ces parties. Je rattrape quelques coureurs dans le plat comme stephane. Je termine 38e/302 en 1h07.

Armelle effectue, comme souvent en 2011, une super course pour finir 1ère V1/24 et 6e femme/88, avec un chrono de 1h14 et une place au scratch de 89/302. Bravo Armelle !


trail brosses 2
 

Malheureusement, l'organisation semblait un peu perdue dans les chronos et résultats, si bien que nous n'aurons pas le courage de les attendre plus longtemps après la course, malgré une bonne attente dans la salle.


Nous regagnons donc Golbey pour le repas d'après course. Je remercie Stéphane et Armelle pour les desserts apportés ainsi que le vin plein de "souplesse". Je récupérerai le prix de Armelle le WE du 26 novembre.


Espérons que ce tremplin vers la Saintélyon aura été bénéfique, nous le saurons bientôt.

 


Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 21:24

CSC 0306Bref, je voulais battre mon record du 10 km. Pour ça, je me suis inscrit à la Chevignoise Kalenji. Parce que c’est tout plat, parce que c’est roulant et parce que c’est juste à côté de chez moi. J’ai raconté ça à Cyrille, mon pote du boulot. Il m’a dit : « T’as fait quoi comme programme d’entraînement ? » Je lui ai répondu : « 2 ou 3 séances par semaine pendant 6 semaines ». Il m’a demandé : « T’as fait quoi comme séance ? » Là je lui ai parlé de fractionné, de 30/30, 2x8, 2x10, 2x12, de 400m, 8 fois, 10 fois, non c’est trop, 8 fois donc encore, de 1500 m, trois fois, quatre fois, ah non, là ça n’allait pas, de quelques séances tranquille. Il m’a dit : « T’as fait des séances d’endurance ? ». J’ai dit : « Non », il a dit : « Il te manque du fond », j’ai dit : « Non, j’ai fait 2 trails pendant ma prépa » Il m’a dit : « Tu battras pas !» J’ai dit : « Si, je devrais battre ». Alors il me lance : « On parie ? » J’ai relancé : « On parie quoi ? », il m’a dit « Je sais pas, un bowling ? », et moi j’ai dit : « Tope-la ! »

J’arrive au départ avec Dorothée. Elle va courir aussi, à son rythme, « sans objectif précis ». On retrouve Luc qui va courir aussi. Il est un peu blessé, en manque d’entraînement alors il n’a « pas d’objectif précis ». Y a Thibaut aussi. Il va courir son premier 10 km, alors il n’a « pas d’objectif précis ». Et y a Gilles aussi. Il accompagne Thibaut. Enfin, pas pendant la course. Il me demande : « Tu cours en combien ? » Je lui dit : « Moins de 39’, je veux battre mon record »  Il trouve que c’est un peu trop rapide, du coup, il courra « sans objectif précis » à part celui de me suivre le plus longtemps possible.

Sous la banderole, on est presque 600, ça fait beaucoup, surtout que je ne suis pas trop bien placé. Une fois le départ donné, ça bouchonne et je prends du retard. Je slalome, je double, je bouscule, c’est pas trop cool, mais j’ai pas le choix.

Je cours le 1er km en 3’56, ça va, le 2ème en 3’44, ça va aussi. Le 3ème en 3’46, ça va encore. Le 4ème en 3’51, ça va toujours. Enfin, quand je dis que ça va… c’est au niveau du chrono. Au niveau sensations, c’est moins bien. Je fais le 5ème en 4’03, ça va plus. A mi-course, vers les terrains de foot, je suis encore dans les temps (moins de 19’30), sauf que je ne tiens plus le rythme. La suite ? Le 6ème en 4’06 et le 7ème en 4’07. J’ai encore un petit espoir de me refaire dans les derniers km. Petit coup d’œil au 8ème : 4’10. C’est foutu. Dans les 2 derniers km, je me relâche. Gilles me rattrape et me dépasse. Je ne le suis pas. Il a l’air bien, je ne le suis pas. Dernière ligne droite, enfin presque, dernier virage, dernière ligne droite. Ligne d’arrivée. 40’58…Bref, j’ai foiré ma course.


PIC 0297

 

Après m’avoir accompagné dans les ZigZag du 1er km à doubler pas mal de coureurs, Gilles reprend un rythme de 4’/km et me suit de loin, avant donc, de revenir petit à petit sur moi après le passage dans les allées du château. Il finit sa course sur le même rythme régulier.


PIC 0295

Luc, en délicatesse avec son tendon, fait le choix de partir prudemment. Il reprend la course après une période de repos consacrée aux sorties VTT alors il ne se met pas de pression sur cette course. Mais au terme d’une belle course régulière, il parvient pour la 4ème fois à battre son chrono sur la distance, après le BP, St-Apollinaire et Sennecey.

 

Thibault, lui, partait dans l’inconnu. Il n’avait jusque-là couru que sur des distances assez courtes au BP ou à la Madone. Parti peut-être un peu trop vite, il voit son tonton le rattraper puis le dépasser. Il a un peu de mal à finir mais il termine dans un très bon temps et surtout 1er de la catégorie cadets. Un podium et une grosse coupe pour sa 1ère course. Cette belle performance doit l’encourager pour la suite et, d’après son papa, terroriser les CTD pour la Montée du Poupet 2012 à laquelle il devrait participer en suivant les plans d’entraînement de son coach de père.

 

PIC 0300

Enfin, Dorothée, plutôt habituée aux sorties VTT a pris plaisir à participer à sa 1ère course parmi les CTD. Loin d’être au top de sa forme, elle a quand même tenu à se lancer sur son 1er 10 km. Elle a lutté contre un mal de ventre persistant pour atteindre la ligne d’arrivée dans un temps raisonnable qu’elle espère améliorer la prochaine fois.

 

Après un ravitaillement plus que frugal, Gilles et moi avons assisté à la remise des prix  et au podium de Thibault, pendant que Dorothée bénéficiait des soins dispensés gratuitement par des étudiants ostéopathes (ben oui, autant en profiter !)


PIC 0298 

 

Résultats officiels (sur 579 arrivants) :

 

100ème Gilles              40’40

108ème J-C                  40’58

167ème Luc                  43’19

223ème Thibault          45’20

499ème Dorothée        57’50

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:23

CSC 0301L’ambiance des courses sur route me manquait un peu alors me voilà engagé sur le 10 km de Colmar.

 

 

 

Les conditions sont idéales, soleil, assez frais et pas de vent. Le départ est donné à 10h et trois boucles sont à effectuer dans Colmar.

colmar1 colmar2

La première partie de la boucle est assez roulante sur les boulevards extérieurs, la deuxième partie quant à elle nécessite pas mal de relances dans les petites rues pavées du centre-ville où le public est bien présent.

colmar4 colmar5


Jusqu’à la moitié de la course les sensations sont bonnes, je suis sur la base de 38min, mais progressivement cela devient plus difficile.

 

Je maintiens l’allure jusqu’au 7ième km avant de craquer sur les 2 km suivants.

 

J’arrive à relancer tant bien que mal dans le dernier km pour terminer bien épuisé en 38min51s à la 106ème sur 944 arrivants.

 colmar6
Je suis content d’être repassé sous la barre des 39 min, ça faisait longtemps, le souffle m’aura fait défaut sur la fin de course, un peu logique car je travaille davantage l’endurance ces derniers temps.

 

 


 

 

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 18:42

poupet-2011 0268Alors voilà ce que j'ai à dire sur mon 2ème semi marathon  à Lausanne :

 

Le dimanche précédent, je pars faire le tour du lac de Malbuisson (19km) avec Laurence, histoire de me rassurer sur le nombre de km mais au 12ème, grosse baisse de tension et les 7 derniers me demanderont bcp d'énergie pour ne pas tomber... Du coup, je rentre pleine de doutes à la maison : vais-je aller courir ?  Mais après tout, la fatigue était là ce dimanche, nous sortions du resto, sans doute pas top avant d'aller courir or là, je suis en vacances, une semaine sans aller au travail, voilà de quoi reposer (un peu) !

 

Je décide de ne pas stresser, (pas trop) et bois mes litres 1/2 de malto les 3 jours précédents afin de me convaincre que l'énergie sera de retour ! A la pharmacie où j'achète la sporténine, on me dit que la seule façon de remonter son taux de fer, c'est de ne plus donner son sang et d'arrêter de courir : du REPOS ! voilà qui me redonne juste l'envie de prouver le contraire ! S'entraîner 7 semaines pour renoncer la veille, impossible !!!

marilyn semi lau1

Le jour J, je continue cet état d'esprit positif afin de me booster au maximum ! Je pars avec ma gamelle de pâtes dans mon sac et les mangerai dans le train , serrés comme des sardines, tant pis, je sais dans ma petite tête que je dois manger 2 heures avant mon effort, je me tiens à mes horaires même si Anthony pense que c'est + psychologique qu'autre chose !


Il fait super beau et au moment de l'échauffement collectif, on a plus envie de rester au soleil avec Laurence que de suivre le mouvement ! Mais voilà que le micro annonce que l'on peut déjà rejoindre nos sas : oops, on ne s'est pas échauffées ! Très malin !

marilyn semi lau2

C'est parti ! On double vite le meneur d'allure 2h10 et au bout de 3km, je fais signe à Laurence de continuer, je reste derrière sans me prendre la tête : au 8ème km, 1er ravitaillement en solide, le meneur d'allure me double, je le garde en ligne de mire toujours sans me prendre la tête : je continue mon rythme de pensées positives, les enfants nous ont beaucoup fait rire le matin et d'y repenser, ça marche, je pense aussi à Patricia quand je vois les km du marathon qui descendent, elle le faisait seule l'an dernier ! 10 km en 1h01, je me dis que c'est tjs mieux qu'aux rives du Doubs (1h03 ! Où je croyais être rapide!!!) Bref, les km défilent, pas de baisse de moral ni de tension, l'ambiance est super bonne, le temps magnifique, tout baigne jusqu'au 18ème km... où je dois m'arrêter d'urgence : trop mal dans le bas du dos : alors là, grosse montée de stress : ça y est, ça s'arrête là pour moi ??? si près du but ! 2 minutes de crise

Pas question : je respire et je repars : la douleur s'est envolée, complètement fou !

 

Je retrouve notre meneur d'allure arrêté, tête baissée, sa flamme arrachée : que lui est-il arrivé ???

marilyn semi lau3

Je suis heureuse, je sais que je vais y arriver, que je vais mettre à peine moins que l'an dernier, bref, que mon objectif est atteint ! Je pense à la ligne d'arrivée sans vraiment la voir et à Anthony qui j'espère a déroulé sa banderole : Mélissa avait tout préparé ! Ça y est : 2h13 et quelque, je vois Anthony, je suis submergée d'émotion : TROP CONTENTE et sereine : qu'est-ce que ça fait du bien !!!

marilyn semi lau4

 

Je crois que les photos et la vidéos parlent d'elles-mêmes

 

lien vers la vidéo d'arrivée :

http://www.datasport.com/mail/link/fc13110.htm?stnr=7112

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 19:51

P1010918.jpgCa y est, nous y voilà, mon objectif de l'automne se présente devant moi, à savoir le semi de Lausanne.

L'année dernière, sur cette même course, c'était mon 1er semi avec un temps de presque 1h39 avec une préparation qui avait été perturbée par une blessure au foot en septembre.


Pas de foot cette année en préparation mais plutôt des séances de fractionné qui m'ont accompagné durant ces 2 derniers mois dans le but de me rapprocher des 1h35min.

 

Accompagné de Marilyn et d'une ancienne collègue de travail, nous nous rendons en train au départ de la course. Le soleil est bien là, il fait environ 16°C, pas de vent et toujours une très jolie vue sur les Alpes !

Après un échauffement d'une quinzaine de minutes, je me rends dans mon bloc de départ, celui des 1h40min.

 

Ayant décidé d'abandonner le cardio pour la course, je courrai donc aux sensations si on peut dire. Le départ est donné, je laisse derrière moi le ballon des 1h40. Comme toujours le départ est rapide mais je veille à ne pas aller trop vite. Malgré tout, je fais les 5 premiers kilomètres en un peu moins de 22 min et je suis surpris d'être dans un bon rythme avec un cardio qui n'est pas trop haut comme en témoigne une discussion que j'ai avec un concurrent qui avait repéré la fameuse tunique orange. Nous sommes vers les 7-8 kilomètres et mes moyennes aux kilomètres restent régulières aux alentours des 4min25s.

 

Anthony semi Lau1

 Mon passage aux 10 kilomètres se fait en 44min pile, Un rapide calcul me laisse entrevoir un beau résultat à la fin mais ce que je retiens, c'est que je suis encore pas trop mal au niveau souffle et que je n'ai encore pas puisé dans mes réserves.

 

Les derniers kilomètres approchent, je suis à peu près sûr d'atteindre mon objectif, il me faut rester régulier, continuer à boire régulièrement pour éviter un coup de pompe. Je jette un dernier coup d'oeil à la montre, nous en sommes à 1h24 et à peu près 2 kilomètres à parcourir,

Tout le monde accélère un peu et je m'accroche, un petit point à l'estomac se fait sentir mais la fin est proche, la dernière ligne droite se profile devant moi avec ces innombrables arches de publicité.

Anthony semi Lau2

Même si je n'arrive pas à suivre le coureur devant moi, je fais ce dernier kilomètre en 4min12, Je sors mon petit mot pour nos ricains et hop, je passe la ligne, regarde le chrono, regarde la caméra et je vois 1h33min et 29 sec.

 

Je suis vraiment content de ma course, heureux de mon temps et en plus, je me trouve plutôt moins marqué que l'année dernière et ça, c'est aussi bon signe.

Voilà, je pense avoir franchi une étape dans la course, cela me servira sûrement pour les futures échéances

Maintenant, je vais essayer de ma maintenir en forme et ainsi préparer au mieux la saison de ski de fond avec en point de mire la Transjurasienne.

 

Pour voir la vidéo d'arrivée d'Anthony : http://www.migros-finisherclip.ch/de/previews/index/1010/3090

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 13:38

L'ouragan Irène avait provoqué l'annulation du marathon des deux rives à Québec le 28 août dernier. Bien décidée à ne pas en rester là, Armelle avait reporté son baptême du marathon sur l'épreuve de Metz. Alors, la tornade Armelle a-t-elle tout dévasté sur son passage dans les rues de capitale mosellane ?

 

CSC 0309"Dimanche, c'est le grand jour ! Je vais enfin faire mon 1er martathon
Malgré une volonté inébranlable, je balise un max car je n'ai pas pu m'entraîner depuis un mois. Je compte donc sur ma prépâration de juillet/août et j'espère mettre - de 4 h, le top serait 3h45, mais bon ...
 

 

1er décollage à 6h, car il faut que j'aille chercher Pascal qui a fait une sortie balloche à Graffigny. De retour à Bourmont , pendant le décrassage du fêtard, je me prends un petit encas ( banane et tisane au miel)
6h30, nous partons ; en route je m'aperçois que la température est de -2° à +1°  et si j'ai pris des sous-gants et un bonnet, le reste de ma tenue est plutôt estivale
8h35, arrêt rapide à Nancy, où je récupère Laure qui , elle, a fait une nuit blanche ; quelle équipe !!!
 
9h10, nous arrivons à Metz, direction le parking souterrain de la République, où les emplacements sont gratuits pour les coureurs. Le départ est à 100 m à peine.
Pendant que mes supporters finissent leur nuit, je vais retirer mon dossard. La plupart des coureurs l'ont retiré la veille, ce qui fait que c'est assez rapide. Maintenant, la température est de 5°.
 Pas trop motivée pour me mettre en tenue tout de suite, je vais faire une reconnaissance du lieu de départ
Il y a un sas pour les élites , ensuite pour les 3h15, 3h30, 3h45, 4h00 et enfin pour les non licenciés
Je discute avec un coureur du 54 que j'ai déjà rencontré dans d'autres courses , il a déjà fait plusieurs marathons et il me conseille de me baser sur 4h.

plan marathon metz

Ensuite je repars au parking où pas mal de coureurs sont en train de s'échauffer, du coup on est là à trottiner à l'abri, plutôt sympa !
Je réveille mon petit monde et nous partons au départ . Entre-temps j'ai enfilé un maillot à manche longue en coton par dessus le maillot CTD, que je compte garder les premiers km, le temps que cela se réchauffe
J'arrive à me placer entre le meneur des 3h45 et celui des 4h
9h45, le départ est donné.
 

Nous commençons par une petite portion à plat sur environ 800m, puis nous montons légèrement pour franchir un pont,  vers le 2e km de nouveau un pont puis nous longeons la Moselle pour repartir ensuite en ville au 5e km, 1er ravitaillement , j'attrape une barre de céréale et une bouteille d'eau ,devant le meneur des 3h45 n'est pas trés loin, mais je sais que je ne dois pas m'emballer et je garde donc mes distances,  jusqu'au 10e km je resterai avec un petit groupe en maillots rouges qui se balancent des plaisanteries, il est 10h45, je suis dans mes temps, de nouveau un ravitaillement, je prends de l'eau et une pâte d'amande.
 

Un peu plus loin, Laure et- Pascal sont là : Allez maman !
 

armelle marathon metz

Pour l'instant le parcours est assez roulant, mais au 13e km des vieilles douleurs me prennent dans la jambe droite, eh ben ! c'est pas gagné !

Un peu plus loin nous passons devant le centre Pompidou, puis nous sortons du centre-ville pour arriver dans la banlieue, 15e km , ravitaillement, je prends juste de l'eau
Le meneur est toujours devant mais l'écart s'est creusé, car lui ne s'arrête pas aux ravitaillements
Au 21e km je suis à 1h56'33'', c'est pas mal, mais si je veux être en dessous des 4h , il va falloir accélérer dans la 2e partie , " patience ! ", je repense aux conseils de Stéphane : surtout ne pas accélérer avant le 37e km !
Vers le 27e km nous attaquons une portion légèrement en montée et quelque peu désertique, à ce stade la douleur s'est estompée, ouf ! 
Certains coureurs commencent à avoir des difficultés, quelques uns marchent ,certains font demi-tour, d'autres se tirent des crampes, pas très rassurant ....
Du coup , meme si je perds quelques secondes , je prends le soin de bien m'hydrater aux ravitaillements
Au 32e km , nous retrouvons la civilisation, cela fait du bien, de nouveau des encouragements et des commentaires du style " mais , ils font combien de km ? .... alors là, chapeau ! "
Plus que 10km, bientôt je vais pouvoir essayer d'accélérer, la motivation est là, pourvu que ça dure !
Par contre ce sont mes pieds qui commencent à chauffer , ah le bitume !
Au 35e , je décide d'attaquer en faisant du 10'/10' ,  un peu poussif, je l'admets , mais c'est fou le nombre de coureurs que je double.
Au 37e, je ne ralentis plus, je compte les minutes de 5 en 5, maintenant il faut finir au plus vite
Les 3 km qui suivent sont quasiment les mêmes que ceux du départ, donc pas de surprise
PUIS nous arrivons dans la vielle ville avec ses rues pavées, oh les beaux pavés ! ou plutôt aie! aie! aie! mes pauvres pieds !
Allez encore 2km à tourner , bifurquer... plus que 1 km ... plus que ... à chaque rue on y croit ... mais elle est où cette arrivée ? , ça y est j'entends le speaker !
 
La voilà cette ligne ! Je fonce , le chrono affiche 3h50'49''
 
On nous remet une belle médaille et une couverture de survie.
Et il y a même un gars qui distribue des bulletins pour .....????????????? " La montée du Poupet "  : " Tiens les CTD ! Toujours présents  au Poupet ! "
Mes supporters ne sont pas là , dommage !
Je retrouve le gars qui était garé à côté de moi dans le parking, on est content , c'était aussi son premier marathon
Toujours pas de nouvelles de Laure et Pascal, alors je décide d'aller au massage
 
Au classement je suis 577/1192 arrivants
Au départ , nous étions 1408, je ne pensais pas qu'il y avait autant d'abandons sur ce type de course et avec du recul, je me rends compte que j'ai eu de la chance
Par contre , comme c'était mon 1er , trop tendue, je n'ai pas pu apprécier totalement , donc il y en aura d'autres, forcément ... "
Repost 0

les prochains exploits

 

             Trail de la nuit d'or 

            Villars Fontaine ( 21) 

 

   Samedi 24 novembre

Départ à 17h30

 

Sont inscrits ou presque :

 

        Jean Louis, Fred, Dorothée,

JC, Olivier, Gilles 

 

 

  Voir le site 

 

   

à suivre

 

 

 

 

 

 

Catégories D'article

accueil

Le forum des cours tout doubs

Pour suivre les
dernières discussions
  des cours tout doubs.

cliquez sur l'image 


 

Trophée Trail

P1060012Le détenteur actuel est

Gilles

 

vainqueur Trail 2011

Gilles