Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Sponsors officiels

logo2 twinner  logo meta aventure (1) Logo-Quadri Coureurs 

 

 

logo campènes

L'équipe des CTD

photo-groupe-retouchee-copie-1.jpg

- les membres

- les records

- le staff technique

Archives D'articles

Le sponsor du mois

20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 23:20

 

 

Les CTD traileurs ne seront pas les seuls à avoir affronter la neige.

Les spécialistes de la route l'ont testé ce dimanche.

Et ceci nous est conté par Stéphane.

 

La ronde hivernale de Thaon les Vosges n’aura jamais aussi bien portée son nom que cette année.

 

14

 

Nous arrivons chez Eric samedi en début d’après-midi, trajet plus long que prévu vu l’état de la chaussée pas du tout dégagée par endroit. (Et la porte du garage d’Eric ? on en parle même pas)

Après un petit arrêt nous prenons la direction d’Epinal pour visiter le musée départemental d'Art ancien et contemporain. Sport et culture, et oui…

 Après la visite et quelques commentaires divers (d’hiver), et de néons verts qui auront bien marqués Eric, nous avons fait une petite balade dans la ville d’Epinal. La promenade qui s’est terminée par la dégustation d’un bon vin chaud, (rouge ou blanc) idéal compte tenu de la température extérieure.

 

13

 

Nous sommes contents de nous retrouver dans l’appartement d’Eric bien au chaud. Et ce fut un festin de roi ! Si, si, au départ l’apéritif : toasts au SAUMON accompagnés de CHAMPAGNE… Le ventre déjà bien remplis, la raclette qui s’en suit est toute aussi excellente, et le dessert, ORANGES AU RHUM et BUCHE: exquise.

 Histoire de parfaire notre préparation alimentaire pour le lendemain le repas se termine par la dégustation de MARC DE CHAMPAGNE puis de RHUM (On ne l’avait pas bien senti dans les oranges…). Après je ne me souviens plus trop de la fin du repas… Après une bonne nuit (pour moi, ce fut un peu plus difficile pour Anne) le petit déjeuner : croissants et un bon plat de pâtes pour midi, nous prenons la direction de Thaon les Vosges où nous retrouvons mon frère en vacances en métropole.

 

Le petit échauffement d’avant course nous permet de voir que seules les routes principales sont dégagées, les petites routes et le bord du canal restent enneigées.

 

10

 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le départ est donné à 15 h, le temps est ensoleillé et la température est de 3°C, outre le revêtement les conditions de course sont bonnes.

 Eric et moi effectuons les 2 premiers km ensemble en 8 min. Eric parti un peu trop vite ralenti quant à moi j’essaie de garder le rythme.

 

 

 

 Mes sensations sont bonnes et je remonte plusieurs concurrents (chose assez rare).

 Les appuis le long du canal sont difficiles, il faut parfois lutter contre le vent mais heureusement le parcours est très roulant.

 

4

5 

   

6

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir géré pendant 2 km Eric retrouve des sensations et ré-accélère pour effectuer le dernier km en 4’ et terminer en 40min 55s.

J’arrive également à accélérer dans les 3 derniers kilomètres ce qui qui me permet de terminer en 39min27s. Quand à mon frère il termine en 17ème position avec le temps de 37min et 17s. Tout le mon de est satisfait de son temps, mais ce n’était pas l’essentiel.

 

3

2 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 7 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à Eric, avec un tel accueil c’est sûr, on reviendra… t’es libre quand ? On fait les astreintes avec toi, si tu veux …

 

Résultats officiels sur 203 participants :

 

1 THIRIOT Mickael 33'12''

18 Damien 37'17''

35 Stéphane 39'27''

51 Eric 40'55''

 

 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 22:02

 

J'avais décidé de faire mon récit de la Saintélyon mais le temps que je récupère mes muscles et ma tête , je me suis fait doubler ( une fois de plus ) par Armelle et Gilles.  Mon résumé est alors resté inachevé et c'est seulement hier que j'ai pu le terminer.

C'est donc avec énormément de retard que je vous donne mes impressions de la course.

 

 

Une belle aventure que nous avions décidé de partager à 7,  6 coureurs et coureuses plus un chauffeur de luxe. Pour  Patricia, Armelle, Gilles, J-C et Olivier, c’est le défi de l’année, la plus longue distance jamais parcourue en course. Hugues, le spécialiste de ces distances, se joint à nous pour ce qui sera la finale des trails 2010.

 

 

Notre organisation est bien huilée. Le minibus, conduit par Stéphane  permet à tous les coureurs de se reposer pendant le voyage. A l’approche de Saint Etienne, nous récupérons 2 autres CTD (Virginie et Sébastien) venus nous encourager, et nous nous rendons chez Muriel et Luc pour la Pasta Party.

Nous sommes parfaitement accueillis par nos supporters. Non seulement ils nous éviteront plus d’une heure d’attente pour le retrait des dossards, mais ils nous prépareront aussi un parfait repas d’avant course et nous permettront d’éviter les longs moments d’attente dans le froid. 

 

Après l’apéro et les pâtes, les filles se mettent rapidement en tenue pour rejoindre le départ des navettes de la Saintexpress prévues à 21h00 (elles partiront finalement à 22h00)

Le stress est bien présent, Armelle en oublie son téléphone et Patricia, ses yaktrax.

 

33

 27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, les garçons profitent des derniers instants de repos pour se détendre et affiner leur équipement. Nous abuserons au maximum de l’hospitalité de nos hôtes et arriverons sur le site de départ, à peine 30 minutes avant le coup de feu.

 

En ce qui concerne la course en elle-même, c’est difficile de connaître exactement le ressenti de chacun, alors je me contenterai de vous livrer mon témoignage personnel de l’épreuve.

 

23h50, nous quittons la grande halle qui sert de salle d’attente pour les 5000 coureurs. C’est très pratique car dehors il fait très froid et la neige est encore bien présente sur les trottoirs. Cela nous promet sûrement des conditions extrêmes.

 

24

 20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Virginie, Stéphane et Sébastien sont là pour nous encourager et profiter de l’ambiance particulière de la course. Tout le monde attend le départ, prêt à dégainer sa frontale.

Le speaker chauffe la foule, la musique commence à se faire entendre ( je regretterai toutefois le manque d’enceinte car au centre du peloton le son était presque inaudible), les frontales s’allument peu à peu. Ca y est, nous y sommes !!!

 

Un dernier signe vers nos supporters, les derniers encouragements entre nous et c’est le décompte final. La pression est maintenant palpable, les visages se tendent. Nous savons que nous partons pour plusieurs heures d’effort avec l’incertitude de rejoindre l’arrivée.

 

Les premiers sont maintenant partis depuis plus de 3 minutes quand nous passons la ligne et nous élançons au rythme de la musique et des acclamations des spectateurs qui nous encouragent comme si nous partions pour une terrible bataille. J’essaie de bien profiter de ces moments car c’est aussi pour ça que nous venons sur ce genre  de course.

 

 16

17 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais après quelques minutes, je reviens vite à la réalité. Nous sommes en pleine zone industrielle, les enseignes affichent -8° et il reste plus de 65 km à parcourir.

Mon objectif est de terminer, pas de pression de résultat, je suis loin d’être le favori des CTD.

 

Je sais que pour parvenir à mes fins, cela sera plus facile si je reste le plus longtemps possible avec un de mes  coéquipiers. Gilles s’étant échappé à vive allure dès le début, et JC se laissant décrocher, je décide de caler mon rythme sur celui du plus expérimenté : Hugues.

 

Nous sommes en milieu de peloton, l’allure est tranquille. JC revient sur nous et nous sommes tous les 3 ensembles quand la route commence à s’élever. Seul problème, je ressens une douleur sous le pied due à mes chaussures. Cela fait plusieurs sorties que cela se produisait mais je pensais qu’elle finirait par « se faire », mais non !!!

 

Nous arrivons maintenant dans les chemins enneigés. Une grande file indienne se forme.

Après quelques dérapages, JC et moi décidons de nous arrêter pour chaîner  (Yaktrax) , et nous ne le regretterons pas.

Dès la première descente nous observons les avantages des Yaktrax, la foulée est sûre, aucune glissade. Nous pouvons alors nous lâcher un peu et doublons pas mal de monde.

C’est aussi à ce moment là (environ 1h30) que nous perdons Hugues , qui lui n’a pas la chance d’avoir le même équipement.

 

Nous arrivons au premier ravito, les lueurs des lampadaires et la file continue des  phares de voitures accueillent les coureurs. Nous retrouvons la civilisation.

Au passage dans la tente, il y a pas mal de monde. J’avais prévu de ne pas m’arrêter mais je ne résiste à la chaleur et l’odeur d’un petit thé. JC se laisse aussi tenter.

Nous ferons bien attention de ne pas nous perdre de vue parmi la foule. Il faut dire qu’avec ses 1m92, JC est facile à repérer.

 

La sortie du ravito est une belle côte que nous prenons en marchant, le temps de digérer le thé.

Les voitures patinent sur le verglas et les spectateurs sont nombreux à braver le froid pour nous encourager. Cela fait plus de 2 heures que nous courons et toujours pas de signes de crampes. Nous alternons la marche dans les montées et la course sur le plat et les descentes.

Jusqu’au 22ème km le profil est montant et la neige de plus en plus épaisse.

A certains endroits, le chemin n’est pas damé et nous brassons dans plus de 30 cm de poudreuse.

 

Mais le spectacle est magnifique. Devant et derrière nous de grands serpentins lumineux se faufilent parmi les champs. Des centaines de frontales se reflètent sur la neige.

Au loin se sont les lueurs des villes qui découpent le paysage.

Tout au long du parcours, de petits groupes de spectateurs nous encouragent.

Ils chantent et crient pour se réchauffer. Certains ont installer des bougies, d’autres allumées un feu de camp. Belle ambiance !!!

Je profite de ces moments où les jambes tournent encore comme une horloge, le moral est bon. Cela serait parfait si la douleur sous le pied et les tendons des genoux ne venaient perturber ses moments de bonheur.

 

Après Ste Catherine, la fatigue commence à s’installer, les jambes raidissent un peu. Et le panneau «  reste 35 km » nous rappelle que la route est encore longue.

Nous arrivons dans la fameuse descente du bois d’Arfeuille, je l’attendais avec impatience.

Mais il y a beaucoup de coureurs qui n’ont pas la chance d’avoir des Yaktrax, et ils descendent vraiment doucement . Certains essaient sur les fesses, d’autres s’agrippent aux arbres.

Je dois sans cesse sauter ou passer sur les côtés pour doubler. Je veux profiter de cette descente pour me faire plaisir et reprendre un maximum de temps. Je sais que sur le plat, la plupart de ces coureurs me redoubleront et il faudra que je m’accroche derrière JC.

 

En effet la suite est plus difficile, je sens que si je veux éviter les crampes, il va falloir alterner course et marche régulièrement. JC est toujours avec moi et à peu près dans le même état physique. Sur certaines portions je dois lutter pour rester dans ces pas et dans d’autres c’est lui qui est derrière et semble à la peine.

 

L’approche du ravito de Saint Genou nous a paru interminable. Les premiers relais nous doublent à toute vitesse. Les jambes deviennent vraiment lourdes, la douleur sous le pied de plus en plus insupportable et  la face externe du genou droit me brûle de plus en plus.

 

A Soucieux, au 45ème km, l’arrêt au ravito s’éternise un peu. Beaucoup de coureurs sont assis sur les bancs. Je me demande comment ils peuvent avoir le courage de repartir après. Je fais le plein de pâtes de fruit et boit un nème thé. Nous étirons nos jambes sur les barrières. A ce moment je sais que je finirai la course, je ne peux plus abandonner maintenant. J’en ai la certitude.

 

Cela fait 6H00 que nous sommes partis, c’est incroyable je n’ai pas encore eu de crampes.

Mais je suis bien conscient qu’elles sont à l’affût, prêtes à bondir.

Les prés et la forêt laissent place maintenant aux routes goudronnées.

 

Nous hésitons à enlever les chaînes car les conditions ne s’améliorent pas. Après la neige, le verglas. Les chutes se succèdent autour de nous.  Certaines sont impressionnantes, les fesses, les dos résonnent sur le bitume. Chacun essaie de s’accrocher, de se retenir aux autres.

Je me dis que si je tombe, je ne suis pas sur d’avoir le courage de repartir. Alors je redouble d’attention.

 

Malgré la grande lassitude de courir avec les chaines, l’impression que les ressorts s’incrustent à chaque pas sous ma voute plantaire, je décide de les garder encore un peu au pied. Cela m’évitera de beaux hématomes et une trop grande crispation et concentration à chaque posé de pied.

 

Au 50ème je ne tiens plus, la douleur sous le pied est trop forte, je décide d’enlever mon équipement. Je découvre alors ce que vivent les autres coureurs depuis des dizaines de km.

Hé bien c’est vraiment dangereux, il faut surveiller chaque pas.

JC a également retirer le Yaktrax.

Nous avançons doucement, nous nous faisons doubler régulièrement.

Je dois souvent marcher pour soulager mes cuisses et mon genou. JC se met à mon rythme et marche avec moi. Puis sur une partie plane, il court plusieurs minutes de suite. Il ne se retourne plus, je sais que si je lâche maintenant la fin sera vraiment très difficile. Il prend une dizaine puis une vingtaine de mètres d’avance. Il faut que je garde le contact.

 

Le mental reprend le dessus sur le physique. Le cerveau met de côté la douleur et la fatigue et ordonne à mes jambes d’avancer. Je reste ainsi au contact de JC.

Il s’arrête pour rechausser les chaînes car nous arrivons face à une belle descente. Je fais de même et repars le premier en me disant qu’il me rattrapera bien sur le plat.

La descente me fait du bien, je parviens à courir jusqu’au dernier ravitaillement. ( 56ème km).

 

Je me retourne alors pour voir si JC est loin, mais pas de JC en vue.

Il arrivera plus de 5 minutes après, il a craqué, trop de fatigue, il en a marre.

 

Je le laisse reprendre un peu de force sous la tente, il nous reste 11 km.

J'ai le temps de téléphoner à Eric pour lui dire que je suis au 56ème km car il avait parié que ne dépasserai pas le 55ème. J'ai beau insister et crier dans le téléphone, il ne répondra pas. J'apprendrai plus tard qu'il avait débranché son appareil. ( même pas joueur )

Patricia me téléphone et me dit que Gilles devrait bientôt passer la ligne d’arrivée.

Je suis stupéfait, comment il fait ? et en plus sans Yaktrax !!

Je suis admiratif

 

 

Allez Jean, on la finit cette P…. de course !!!

 

Et nous repartons en marchant dans la côte de Beaunant (1 km de montée à fort dénivellé)

La suite est difficile.

 

Le mal de genou et la belle ampoule qui s’est formé sous mes orteils ont absorbé toute mes pensées, ce qui m’a sûrement permit d’éviter de penser aux crampes. Comme quoi, tout se joue dans la tête !!!

 

 Les phases de marche sont de plus en plus longues et la reprise de la course est de plus en plus difficile. Alors de ce fait, les kms paraissent forcément interminables.

 

Après une belle descente nous arrivons enfin sur les quais.

JC s’est refait une petite santé, c’est lui qui m’attend à présent.

Courir à deux aura vraiment été un avantage, une grande source de motivation et de réconfort.

 

La fin de course le long des quais est vraiment affreuse. Le vent se lève et souffle de face.

Le verglas recouvre la route, les paysages sont moches et les longues lignes droites vraiment décourageantes.

 

Alors on s’accroche, on ne pense plus à rien. Surtout éviter de penser à s’arrêter, tenter de courir dès qu’une petite lueur d’énergie fait son apparition. Avancer mètre après mètre en direction de l’arrivée.

Nous sommes tous les 2 très fatigués et plusieurs groupes de coureurs nous doublent.

JC n’arrive plus à relancer, il reste en position marche.

Je me maintient une dizaine de mètres devant lui pour l’inciter à recourir mais ….

 

Au détour d’un virage, alors que nous croyions l’arrivée proche,  nous apercevons les concurrents de l’autre côté de la rivière. Pour les rejoindre il nous faut faire 500 mètres à gauche pour rejoindre un pont, monter sur le pont , traversé le fleuve, redescendre sur le bord  puis encore 1 km à droite sur l’autre rive.

Cette vision cauchemardesque assomme le pauvre JC, il s’assoit.

 

Je reviens en arrière et le tire par le bras. On ne peut pas abandonner à 2 km du but.

Je le force à courir jusqu’au pont. Puis, sur son élan il ne s’arrête plus.

Je ne peux plus le suivre, il va trop vite pour moi.

 

Mais je ne veux pas le freiner dans son élan et je serre les dents pour ne pas marcher.

Nous tiendrons comme cela jusqu’à l’arrivée, en s’encourageant mutuellement à ne pas ralentir, a tenir le tempo jusqu’à la ligne.

On l’aura ce fameux maillot de finisher !!!

 

 

On entre enfin dans le palais des sports, c’est impressionnant !

Les tribunes sont remplies, les encouragements des coureurs et des spectateurs font vraiment plaisir. On parviendra même entendre un "bravo les garçons", venu de la loge des CourstoutDoubs.

 

A peine le temps de profiter de ce moment, de passer enfin la ligne d’arrivée et la pression retombe.

 On se félicite mutuellement, se serre dans les bras, heureux d’être arrivé au bout de l’aventure, ensemble.

Puis la pression retombe, je laisse l’émotion m’envahir. Depuis le temps que je l’attendais ce moment. Cet instant où l’on peut enfin se relâcher, avec la satisfaction du devoir accompli.

JC finit aussi épuisé, il répète plusieurs fois «  plus jamais ça , plus jamais ça !!! »

 

Mais il le sait , au fond de lui-même, on recommencera,…  sur cette course ou sur une autre.

Parce que finalement , on aime ça !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 19:33

 

Honneur à notre champion des trails 2010 pour le premier récit de la Saintélyon 2010.

 

Ma longue chevauchée blanche:

 
La Saintélyon 2010,c'est avant tout l'histoire d'une organisation.
Olivier nous a trouvé du sur mesure pour enmener l'ensemble des ctd motivés
par cette mythique épreuve nocturne.
Les valeureux inconscients étaient au nombre de 6.
Hugues,l'expert en long trail,JC,Olivier et moi partant pour les 68 km,
Armelle et Patricia,plus raisonnables,pour la Saintexpress.
Un chauffeur haut de gamme nous conduisait afin de réduire au maximum la fatigue avant la course, et ,naturellement ,prévenir tout risque  au retour.

35

 30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il nous fallait un lieu-ressource,avant l'épreuve:Muriel,Luc,sans oublier Maël et fanny ont été des hôtes très accueillants et chaleureux,avant l'épreuve implacable.
Muriel s'est d'ailleurs dévouée pour nous dégoter les dossards;cela fut aussi une épreuve en soi.

 


Armelle et Patricia furent les premières à fourbir leurs chaussures,s'équiper surtout de patience entre 22h,heure de la navette et minuit le départ des 44km.
Un peu de trac était lisible dans leurs gestes et leur préparation....

 

23

44

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ce fut notre tour,avant 23h,de nous rapprocher de l'aire de départ:un hall surpeuplé servait de zone de stockage
aux 5500 participants à cette équipée sauvage et fantastique à la fois,tous évidemment équipés des légendaires lampes torches...
Seb,virginie et notre fidèle chauffeur Stéphane nous ont suivis jusqu'à l'ultime signal du départ.
Le sort en était jeté,on ne pouvait plus reculer:une marée lumineuse s'est alors élancée dans le brouhaha d'un public courageux : la température était négative.

 

19

15 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Cela commence tout doux par 8km tout plat.
Le 9ème sonne le changement de programme : pente régulière + neige.
On a eu jusqu'à 40cm de neige sans problème....

La montée était peu prononcée et très agréable sur les 22ers kms.
Les coureurs se partageaient 2 sillons,avec une alternance de dépassements et une recherche ,sans cesse,du sillon permettant la meilleure adhérence...

ce qui coutait pas mal d'énergie.

 


En altitude,850m,dans un village,j'ai pu lire -8°....gla gla...mais l'effort aidant,le froid ne constituait pas un problème.
J'ai atteint Ste Catherine en 2h41,au 27km.
Le rythme,depuis le départ ,était relativement soutenu et j'ai pris beaucoup de plaisir à courir dans la poudreuse.
La montée qui nous attendait après le ravito de Ste Cath ,était aussi, propice à garder le même tempo.
Ce furent les descentes qui constituèrent la + grande difficulté du trail,avec d'innombrables plaques de verglas,impossibles à détecter avec la frontale.

 


5 glissades furent comptabilisées : épaule +tête...le corps a bien reçu,mais j'ai pu dépasser l'obstacle.
Au delà du 53ème km,la douleur à l'épaule venait contrebalancer des crampes aux cuisses.c'est curieux de ressentir combien la douleur peut se répartir sur l'ensemble du corps...et par là réduire à néant les crampes habitellement,invalidantes.
Cela faisait partie de mes appréhensions.

 

5

7
Tout doucement,après l'alternance de marche et de reprise de course,je me suis hissé jusqu'à l'arrivée.
Content de voir un changement de tracés,le long des quais:les organisateurs ont réduit le nombre de km.
L'accueil dans le grand hall fut impressionnant.
Le plaisir du vaillant coureur coulait sur l'ensemble de mon corps.

 


Un temps inespèré :7h52 ,  une place plus qu'honorable : 516ème,179 V1

Un saintélyon d'argent en récompense....


La récompense,en fait,était plus d'avoir atteint le but,parcourir 68km,et finir pas trop mal...blanc comme d'habitude(cf les pronostics des filles).
Le speaker m'a sollicité tout de go:malgré mon état proche de l'Ohio,j'ai bredouillé des gros soucis de glissades...mais un grand plaisir...  lui,voulait appeler les secours,vu mon état....

 


2

 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un regard aux alentours me permit de retrouver nos fidèles accompagnateurs:seb ,virginie,stéphane,armelle,patricia(qui en avaient terminé avec la Saintexpress)....et surprise Hugues,qui fut tourmenté par des douleurs à l'estomac..

Aucun ctd ne m'avait doublé,crainte récurrente,qui m'a motivée,tout au long du parcours...
Nos chaleureux accompagnateurs avaient trouvé une loge ,idéalement placée,au dessus de l'arrivée...good move..

 


C'est ainsi bien assis,qu'on a pu patienter,avant l'arrivée de nos 2 derniers valeureux ctd.
Un mot résume ce périple:EXTRAORDINAIRE...


A bientôt pour de nouvelles aventures ....de trails.
Gilles

 

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 08:29

 

Armelle est décidément aussi rapide en écriture qu'en course à pied car elle devance encore une fois tout le monde avec la publication de son récit. .

Elle est vraiment, elle est vraiment phénoménale lalalalala !!!

 

Merci Armelle, pour ton professionalisme, qui me permet d'obtenir un petit délai supplémentaire pour l'écriture de mon compte rendu de la Saintélyon. ( allez, jeudi soir si tout va bien)

 

 

  Tout d'abord ,

un grand merci à Stéphane notre chauffeur du weekend, merci à Olivier pour le minibus, merci à Muriel pour son accueil et pour le retrait des dossards et merci pour l'accueil chaleureux qui nous est toujours réservé à Dijon, merci également à Virginie et à Sébastien pour être venus nous supporter .
31
32
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'avant-course :
Après des préparatifs quelques peu hâtifs , nous voici à Ste Catherine Patricia et moi. 
 En bonne novice que je suis, je suis Patricia à la trace dans ce grand hall où je ne sais pas trop où donner de la tête , il y a des gens partout assis , couchés.
Nous apprenons que la navette ne partira qu'à 22h . On se trouve un coin pour s'asseoir , je décide de passer un coup de fil à mes enfants , je fouille mes sacs, pas de téléphone : Zut ! Je l'ai oublié chez Muriel !
Et dire que je l'avais acheté exprès . Cà commence bien ! Je continue l'inventaire de mes sacs, impossible de trouver mes sous-gants, tant pis je ferais sans .. Patricia me fait remarquer que je stresse un peu , beaucoup... Allez zen !
Il reste encore un peu de temps, j'en profite pour m'acheter "  Le gobelet de la course " .
Enfin, nous rejoignons les navettes, à l'intérieur il y fait très chaud . Pendant le trajet : bandeau sur les yeux et relax 
 
45
 46
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous voilà arrivées, il y a plein de monde.  Dans la nuit , avec la neige ,  les chapiteaux et les lumières, l'effet est très étrange , on se croirait un peu sur une autre planète avec des hommes- grenouilles partout .
Dernières mises au point , Patricia se rend compte qu'elle a oublié ses "yacktracks" .
Nous mettons nos sacs à la consigne et nous nous dirigeons vers le départ .
  
La course :
 
41
42
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Avec Patricia, nous avons décidé de faire route ensemble .
C'est parti, les 5 premiers kms sont vraiment sympas, une certaine euphorie est présente  , la météo est à point .. Allure tranquille, sur un chemin bien enneigé , le spectacle a commencé .
Ensuite, je laisse Patricia gérer l'allure, car elle connait cette distance . Petit à petit , nous remontons le peloton .Les sensations sont bonnes et la neige amorti les chocs.
Tout va bien, je découvre la course à deux, pour ma part je trouve qu'on se sent plus fort .
Au 1er ravitaillement, je m'arrête pour boire un thé et prendre une barre de céréales, Patricia, elle , ne s'arrête pas et il est prévu que je l'a rattrape un peu plus loin .
C'est là qu'est le hic, au 2e ravitaillement je ne l'ai toujours pas rattrapée, " elle a pris un taxi ou quoi ? " A mon avis elle a au moins une 1/4 heure d'avance 
Là , je me dis que je vais sûrement finir la course en solitaire .
Je m'autorise une pause ....
 
37
 43
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et je repars en me trouvant des objectifs : tenir l'allure jusqu'au 30e km, ensuite il y aura la montée des aqueducs et plus que 10 kms .
Tout s'est bien passé jusqu'aux aqueducs où là j'ai commencé à avoir une douleur dans le haut du dos, je décidai alors de vider mon camelback, ce qui ne changea rien .
Ensuite le parcours me paru beaucoup moins drôle, il y en a de plus en plus qui marchaient ; on sentait que chacun essayait de se raccrocher à ceux qu'il rencontrait.
En plus il y avait des plaques de verglas par-ci, par-là . J'ai bien failli manger le macadam !
Enfin les quais, d'ici 25 minutes "normalement" ,  je devrais arriver .
Le problème c'est qu'au bout de 39 kms , y a plus rien de normal ; j'avais le dos laminé , il faisait plus froid , on sentait l'humidité du canal et il n'y avait rien à voir  . Triste tableau !
En fait je mis 40 minutes à me traîner jusqu'à l'arrivée en marmonnant des tas de trucs ...
Dans les 50 derniers mètres , il y a un gars qui m'a attrapé par le bras et qui m'a dit : Allez ! C'est la fin , faut y aller !
Et puis je me suis dit : Patricia, Virginie, Stéphane et Sébastien doivent m'attendre à l'arrivée, encore un petit effort .
 
13 (1)
 6
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A l'arrivée , personne, mince alors ! On  m'annonce : 9e femme . Ah bon ?
Je jette un coup d'oeil dans les gradins, toujours pas de CTD en vue
Ensuite j'ai appris que Patricia n'était pas encore arrivée, sur ce coup-là on n'a pas assuré ; çà sera pour la prochaine fois !
 
10
 8
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  Résultats officiels : sur 906 arrivants

 

Armelle   206 ème  en 5h20  4 ème de sa cat sur 67

Patricia   415 ème en 5H54   21ème de sa cat sur 69

 

 

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 21:55

 

Ce dimanche, lescourstoutdoubs se la jouent  "international".

Nous sommes 4 adultes, 3 jeunes et une invitée à faire le déplacement à Yverdon en Suisse.

 

Certes le calendrier de l'avant ne doit pas être ouvert avant le 1er décembre mais le nom de cette course est une invitation à découvrir les premières fenêtres.

Au programme, une boucle de 1.5 km en plein centre ville, a réalisé 1, 2 ou 5 fois suivant la course choisie.

 

yverdon copie

 

La case 1 :  a été ouverte par Mélissa. 1 comme la participation à la première course de l'après midi.

1 boucle de 1.5 km parcouru en un peu plus de 9 minutes. Elle a tellement apprécié qu'elle se réinscrira à la deuxième course pour les enfants nés entre 2001 et 2004. Elle terminera cette fois ci  en 8'07.

 

La case 2 : est ouverte par Jules et Tristan.

2 comme leur place respective dans leur course.

Tristan s'élance dans la deuxième course du jour, malgré un départ prudent il refait son retard et finit à une très belle seconde place en 6 min 13 pour 1.5 km. ( un podium de plus !!!)

 

PIC 0146

 PIC 0121 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Case ouverte également par Jules qui réussit une très belle course.

2 comme le nombre de tours à effectuer soit 3 km. Et 2 comme sa place finale

Il couvrira cette distance en 12 min 47 ( soit 4 min 14 au km pour les amateurs ).

  Un nouveau podium pour les mini CTD

PIC 0144

 PIC 0145

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La case 3 :  est découverte par Sabrina, une collègue de Patricia qui sera la troisième femme CTD sur la course élite.

Elle participe à sa première course avec un peu d'apréhension.

Peut être une future courstoutdoubs ?

  PIC 0130

 

A 15h15 le départ de la course est donnée. 5 tours à parcourir pour une distance de 7.73 km.

Nos mathématicien avait tout étudié, en prenant en compte les vitesses présumées de tous les CTD.

Ils nous avaient donc donné leur pronostic, expliqué quanq les CTd se doubleraient, qui prendrait un tour à l'autre ...

 

La case 4 : Je me devais de l'ouvrir car c'est la moyenne que je devais tenir pendant cette course.

La première sortie ce matin en ski de fond a laissé des traces. Je ne savais pu trop comment aborder la course. Etre prudent à une semaine de La Saintélyon ?

Courir avec Anthony en 4'15 - 4'30 ?

Ou répondre au "t'es pas cap de prendre un tour à Patricia".

 Et vous me connaissez, j'ai pas résisté. Alors j'ai entrainé Anthony avec moi dans mon challenge

Et  pari  tenu, 4 min au km en moyenne sur la course soit 1861 secondes ( 31 min 01 ).

Anthony peut aussi ouvrir cette case car c'est au 4ème tour qu'il lache un peu le rythme.

Nous étions encore ensemble à ce moment, mais il ne craque vraiment  pas et réalise une très belle course en 31 min 40.

4 min 05 de moyenne, un record !!

 

PIC 0143

 PIC 0142

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La case 5 devait être ouverte par Patricia qui devait courir en 5 min au km.

PIC 0140Mais Patricia  est en forme et termine la course en 37 min 43 soit 4 min 52 au km

  PIC 0125

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La case 6 qui devait être ouverte par Marilyn et sabrina qui devait courir en 6 min au km ne sera pas non plus ouverte car toutes les 2 font mieux.

Sabrina s'offre une très belle moyenne de 5 min 32 soit 42 min et 53 sec et encore elle avait gardé des forces pour le dernier tour en croyant qu'il lui en restait encore un.

Marilyn termine en 5 min 51 au km en 45 min 19

 

PIC 0141

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais ne vous inquiétez pas les cases 5 et 6 seront ouvertes le week end prochain par les traileurs à la Saintélyon

 

Mais ça, c'est une autre histoire !!!

 

 

Résultats officiels

 

Mélissa  10ème sur 22 en 8 min 7      (1.5 km)

Tristan     2ème sur 25   en 6 min 13   (1.5 km)

Jules       2ème sur  14 en 12 min 47  ( 3 km ) 

Olivier     39ème sur 137 hommes  en 31 min 01 (7.7 km)

Anthony  44ème sur 137 hommes  en 31 min 40 (7.7 km)

Patricia   25ème sur  51 femmes  en 37 min 43  (7.7 km)

Sabrina  38ème sur  51 femmes  en 42 min 53  (7.7 km)

Marilyn    47ème sur  51 femmes  en 45 min 19  (7.7 km)

 

 

 

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 07:27

 

Pendant que nous étions 6 à user nos semelles sur le bitume vittelois, 3 autres Cours Tout Doubs se rendaient à Velars ( 21 )  pour salir leur chaussure de trail dans la boue des 14 kms de la madone.

 

Gilles , Sylvie et Fred ( la surprise du jour) se présentaient donc au départ de cette jolie course.

 

P1060284

 P1060290

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous laisse découvrir le résumé de course de Gilles :

 

En ce beau dimanche de novembre,3 ctd côte d'oriens se lançaient à l'assaut de la légendaire course de la Madone.
Oui,j'ai bien dit 3,car en plus de Gilles et Sylvie,Fred,le plus rare des Ctd ,déjà présent l'année dernière, pour ce même évènement, nous faisait l'honneur de sa présence.


16° au thermomêtre, du jamais vu ,un soleil léger,bref,des conditions extras pour un 14 novembre.
Sylvie prenait,elle,pour la première fois à cette épreuve,histoire de découvrir le parcours tout près de chez nous.
10h30,coup de pistolet,Fred m'a vu partir en trombe,lui qui voulait plutôt y aller progressivement.

 

72739 1723766532609 1191738415 31985808 1473135 n

149247 176268549052780 100000089091245 647710 2253295 n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( Merci aux Keraunos pour les photos, on aperçoit même Fred et son maillot CTD )

 


4 min 15 sur les 4 premiers km dans la forêt.Avant la première côte que j'avais prévu de prendre sans marcher.
Pari tenu.Petite descente d'un km avant la fameuse difficulté de l'épreuve:500m de gadoue,avec sur les 200 derniersmêtres,un pente d'un bon gabarit.Impossible de ne pas patauger dans une bonne glaise qui gène tous les appuis.

 
La balade sur la crête est toujours un spectacle merveilleux.Il me faut tenir le rythme d'un petit groupe.


Puis la Madone approche et sa descente vertigineuse:c'était mon appréhension après les pluies de la semaine.

 

 

72729 176268745719427 100000089091245 647713 1287010 n

77140 176268622386106 100000089091245 647711 4768613 n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Toutefois la terre avait pas mal éponger.Mon prédecesseur tombe dans les 20ères secondes,ça promet.
Je resterai dans sa trace dans la partie la plus raide.
Puis les chemins se font de + en + pratiquables...je donne tout.jusqu'à l'arrivée.


Résultats:

 

Gilles 1h 08 20 soit 39ème au scratch, 9ème V1 sur 277 partants
Fred 1h 10 38 52ème
Sylvie 1h43 13ème V1

 

 

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 22:40

Je vous avais laissé hier à la veille de la course des foulées des Vosges. Il est maintenant temps de vous raconter comment s'est passée cette journée de dimanche. Les espoirs des CTd se sont ils tous réalisés ?

 

On commence cette journée sur une note très agréable. Pour une fois, pas besoin de mettre le réveil pour se rendre à une course le dimanche.  Contrairement au tour des Vosges, où nous enchainons le 10km de Golbey dès le dimanche matin, là, nous avons le temps de profiter de cette matinée pour discuter autour du petit déjeuner et des confitures "maison".

 

Bon pas que ça à faire non plus, 12h00, nouilles et direction Vittel pour courir un peu.

Le ciel est bleu , les températures clémentes et le vent est bien assez fort.

 

Les premiers à s'élancer sont Jules et Tristan. Ils devaient effectuer un tour en ville d'1 km mais l'ouvreur s'est trompé de route et ils feront finalement le double.

 Pas de quoi impressioner nos petits coureurs qui se placent en tête d'un peloton d'une petite centaine d'athlètes en herbe.

Comme l'an passé, la course est parfaitement gérée.

Jules termine 2ème de la course et Tristan 3ème de sa catégorie.

Ils montent tous les 2 sur le podium et ramènent une belle coupe.

 

A peine le temps d'applaudir nos champions, la deuxième course se prépare.

Eric a l'intention de conquérir sa première coupez en se présentant au départ de la course populaire de 3km, comme Olivier à Neufchateau.

Ils sont une trentaine sur la ligne, Eric scrute ses adervaires, il est inquiet.

Le premier km est avalé en 3'17 ( ça descend !).  Les coureurs se jaugent.

Puis dans le deuxième km, ils ne sont plus que 2 en tête, Eric y croit.

Mais son adversaire du jour est trop fort et Eric doit céder, il terminera à la seconde place.

 

15

 

La déception est d'autant plus grande que seul le premier se voit rtemettre un trophée.

Aura t-il l'occasion de se venger sur le 10 km ? Lui restera t-il assez de force ?

 

Eric n'a pas le temps de se refroidir, le départ du 10 km est imminent.

Tous les CTD sont à l'échauffement pendant que les supporters et photographe prennent place le long du parcours. Nous sommes 520 à découvrir le parcours du championnat de France 2012

 

PIC 0118

 

Pour Laure, c'est la première course avec le maillot orange et son 2ème 10km.

Après 1h09 en septembre, elle voulait faire moins d'une heure.

Elle termine la course fatiguée mais heureuse de son temps 57'45

objectif atteint et cerise sur le gateau, elle termine première de sa catégorie ( hé hop une coupe !)

 1

 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patricia : 2 semaines après sa performance au marathon, elle est confiante mais consciente que cette année les courses rapides sont moins bien maitriséees que les courses d'endurance. Elle se satisferait bien d'un temps sous les 50 minutes. Mais le parcours est exigeant et elle ne pourra que s'approcher de son objectif .

elle réalise 50 min 50 à la 383ème place ( allez , c'est pas si mal !!!)

 

9

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armelle : Elle enchaine les courses et les podiums cet automne. Elle est bien décidée à battre son record du 10km en passant sous les 46 minutes. Son départ est ultra rapide, le premier km est franchi en 4'00.

La suite est un peu plus dure mais elle s'accroche, se bat contre le chrono et les autres concurentes.

Et cela paie !! Elle passe la ligne d'arrivée en 45'33 à la 276ème place .

Très belle performance !!!

 

3

PIC 0112

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eric : Les dernières semaines étaient consacrées au badminton donc peu de sorties en course à pied.

Les sensations ne sont pas au rendez vous et la course populaire a laissée des traces de fatigue.

Un départ plus lent que d'habitude ne le rassure pas et il ne trouvera jamais  le rythme.

Il finira 153ème en 41'21, loin de son nouveau record. La prochaine course sera sans aucun doute meilleure.

 

11

 PIC 0113

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivier : Je partais dans l'inconnu après ma performance mitigée sur le marathon de Lausanne. Aurais je sufisament récupéré, la prépa marathon va t-elle me booster ? Je décide de partir asse vite et de tenir le plus longtemps possible un rythme inférieur à 3min 55 au km pour battre mon record.

La première moitié se passe bien en 19 min 30. Stéphane n'est pas très loin devant.

Mais le parcours comporte plusieurs  bosses où il faut relancer, l'allure diminue un peu.

Au 7ème Jc me double mais l'arrivée est encore loin et j'hésite à le suivre. Au 8ème Jc est juste devant, cela va encore.

Mais la côte du 8ème est difficile et cela ne s'arrange pas avec celle du 9ème

je fléchis irrémédiablement, dommage il me manquait 2 km de fraicheur.

Je reste toutefois très régulier sous les 40 minutes à la115è place en 39'56

 

13

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Stéphane : Il sait qu'il n'est pas dans un cycle d'entrainement propice à une belle course.

Il a battu son record très recemment et se projette déjà sur les courses de décembre.

Les bosses l'obligent à diminuer sa vitesse et le moral en prend un coup. Les derniers espoirs de record sont abandonnés et mentalement il lache un peu.

Il sera rattrappé par Jc dans le dernier km. Il tente de s'accrocher mais doit se contenter de la 96è place en 39'19.

 

14

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

J-C : Il est en grande forme, sa prépa Saintélyon se déroule parfaitement.

Comme à son habitude il prend un départ prudent puis accélère.

Il garde Olivier en point de mire puis le double au 7ème .

Les bosses l'avantagent, l'entrainement avec du dénivelé porte ses fruits.

Il accélère encore quand les autres ralentissent.

Il double Stéphane et donne tout dans la dernière ligne droite en faux plat montant.

Il explose son record de près d'une minute. Il finit en 89è position en 38'55

 

7

 

PIC 0116

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 00:49

  545px-blason vittel svg

 

Pour la 2ème année consécutive, Un nombre conséquent de Courstoutdoubs se rendait ce dimanche à Vittel pour participer aux 10kms de la foulée des Vosges.

 

foulees vosges vittel 2010 flyer recto

 

Cette course, c'est surtout l'occasion de se retrouver et partager un bon moment de détente tous ensemble. L'accueil en Haute Marne étant comme toujours de très haute qualité, nous en abusons encore une fois !

Et cela commence donc dès le samedi avec un match de badminton contre le champion des Vosges. Stéphane a fait trembler le champion, mais Eric s'impose. La logique est respectée.

 

Puis nous nous retrouvons tous l'apéro pour gouter aux différents cocktails de JC. Aucun des 5 parfums ne résistera à notre hydratation pré compétition.  Nous ne négligeons aucun détail.

 

Nous n'oublierons pas de soigner notre alimentation grace aux bons petits plats préparés par Stéphane et l'apport en sucre avec les tartes et les glaces.

La glace au spéculos emporta tous les suffrages alors que la tarte aux pommes alimenta une grande partie des conversations ( avis aux cinéphiles).

 

Enfin ou plutôt en fin ( de soirée), nous entamons la dégustation des dernières potions magiques pour la course du lendemain. La liqueur de melon et la liqueur de sapin semblant être les plus appréciées.

Les langues se délient enfin et chacun affirment ces prétentions pour le lendemain.

 

 

PIC 0118

 

Stéphane tentera de passer sous les 37'00 mais reconnait qu'il n'est pas dans une grande forme, le dernier objectif devrait être la course de Thaon les Vosges.

 

Patricia va tester sa forme post marathon sur une course où elle avait brillé l'an dernier : objectif 50'00

 

Eric : Il anque d'entrainement mais s'enflamme et décide de s'aligner sur le 3000 m pour gagner la course populaire comme un illustre CTD à Neufchateau et il enchainera sur le 10000 sanstrop d' espoir de faire un bon chrono.

 

Armelle maitrise les soirées tardives et un peu arrosée avant les courses, elle joue vraiment à domicile. Toutes les conditions semblent réunies pour effacer son record et passer sous les 46'00 ?

 

Olivier est dans l'inconnu. La fatigue et la déception du marathon sont elles digérées ? Il tentera tout de même de battre les 39'30 de son record.

 

JC est en pleine forme mais sa sortie de 3h00 le vendredi ne lui pèsera t-elle pas dans les jambes ?

 

Laure s'alignera sur son second 10km avec la ferme intention de passer sous la barre des 1H00. Elle courra pour la première fois avec le célèbre maillot orange. Va t-il lui porter chance ?

 

Jules et Tristan, nos petits poussins CTD vont il monter sur le podium comme l'an dernier ?

 

 

Les courstoutdoubs vont ils tous réussir leur défi ?

Stéphane le grand favori de la course va t-il devancer tous les autres CTD ?

Va t-on gagnet la Peugeot 107 offerte lors du tirage au sort après la course ?

 

 

Toutes les réponses à ces questions dans le deuxième épisode 

  " des foulées des Vosges "

 

plan foulees vosges vittel 2010

 

 

Et oui ! désolé il est tard et je n'ai pas le courage de terminer aujourd'hui )

La neige tombe sur le Haut Doubs et mes paupières aussi.

Une dizaine de cm recouvre les routes et les champs. 

 

à suivre ....

Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 20:28

 

 

En attendant les récits des courses du week end, je vous propose un petit résumé de la course effectuée le 11 novembre par les mini CTD.

 

Environ 100 poussins et poussines ( 2000 / 2001)se présentent au départ des 2.3 km.

Le parcours traversent les champs pour atteindre le village de Oye et Pallet ( 25 )

 

La neige du matin ayant fondu, le terrain reste gras mais cela n'affolle pas nos petits coureurs.

 

Résultat final

 

Jules terminera 6ème en 8 min 55

 

et Tristan 14ème en 9 min 25

 

 

 

Lien vers la vidéo

 

 

  PIC 0110-copie-1

 

 

Ce dimanche nous serons six au départ des foulées des Vosges à Vittel sur le futur tracé des championnats de France des 10 kms.

Peut etre de nouveaux records perso en perspective ?

 

Alors que Gilles et Sylvie affronteront les 14 kms de la Madone, un trail à Velars ( 21 )

 

 

Repost 0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 19:16

Les CTD ne faiblissent pas,  les maillots oranges sont de plus en plus présents sur les courses et leurs performances de plus en plus régulières.

L'émulation de groupe est bien réelle.

 

Même à l'entrainement, l'esprit d'équipe se fait sentir. Et cela vous le découvrirez dans le prochain article avec

le podium mensuel des kms .

 

C'est donc Stéphane qui cloturera cette longue série de récit.

 

 

P1060265

 

Résumé du 10 km de Colmar :

 

 

De nouveau un 10 km au programme pour moi, à Colmar cette fois-ci, dans une ville vraiment magnifique qui mérite d’être visitée. J’appréhende cette course car les temps réalisés et les sensations ressenties ces deux dernières semaines à l’entrainement ne laissent rien préjuger de bon.

 

La température avoisine les 5°C et la pluie ne cesse de tomber lorsque le départ est donné. Une boucle en centre-ville à effectuer 3 fois. Comme souvent lorsque la confiance n’est pas là je décide de partir prudemment. Une seule petite montée au cours de la boucle, pas mal de relance car il y a de nombreux virages à 90° dans certaines rues étroites du centre-ville.

 

 

c4

 

 

Une petite frayeur dans un des virages, la pluie ayant rendue la chaussée très glissante, surtout sur les pavés. Les sensations sont bonnes et j’effectue le premier 5000m en 18’27’’s. Bien qu’étant parti moins vite qu’à Saint-Dié (+ 35s) j’effectue un peu la même fin de course en effectuant le deuxième 5000m en 19’15’’.

 

Je termine donc la course en 109ème position sur environ 1000 inscrits

 avec le temps de 37’42’’.

 

c2


Au bilan, le dérèglement du Garmin (330 m de décalage) m’a un peu perturbé pendant la course, moi qui axe tant mon mental sur le chronomètre. Mais ayant craint le pire toute la semaine dernière j’avoue être assez satisfait de ce temps, même si je m’éloigne progressivement des 36’59’’.

 

Anne et moi avons achevé ce très bon week-end par la dégustation d’une excellente Choucroute, qui avec la beauté du centre-ville méritait bien le déplacement.

 

Repost 0

les prochains exploits

 

             Trail de la nuit d'or 

            Villars Fontaine ( 21) 

 

   Samedi 24 novembre

Départ à 17h30

 

Sont inscrits ou presque :

 

        Jean Louis, Fred, Dorothée,

JC, Olivier, Gilles 

 

 

  Voir le site 

 

   

à suivre

 

 

 

 

 

 

Catégories D'article

accueil

Le forum des cours tout doubs

Pour suivre les
dernières discussions
  des cours tout doubs.

cliquez sur l'image 


 

Trophée Trail

P1060012Le détenteur actuel est

Gilles

 

vainqueur Trail 2011

Gilles